- Page d'accueil
- Contactez-nous
- Rejoignez-nous

Actualité du CRAN - Conseil Représentatif des Associations Noires de France
- Nos dépêches
- Nos communiqués

Campagnes du CRAN - Conseil Représentatif des Associations Noires de France
- Elections
- Discriminations
- Réparations
- Actions internationales

Comment aider le CRAN - Conseil Représentatif des Associations Noires de France ?
- Particuliers
- Entreprises
- Associations
- Webmaster

Qu'est-ce que le CRAN - Conseil Représentatif des Associations Noires de France ?
- Le CRAN
- Notre but
- Notre président
- Notre bureau
- Nos délégations régionales
- Nos avancées

Pour aller plus loin
- Nos ouvrages
- Nos brochures
- Nos vidéos/audios
- Notre revue de Presse
- Zoom sur...
- Esclavage et Réparations

















Le CRAN soutient Alioune Gueye
Le CRAN soutient Alioune Gueye
(11-09-2013)

Le CRAN tient à apporter tout son soutien à Alioune Gueye, enseignant-chercheur sénégalais qui, ayant reproché à un étudiant ses propos racistes, a progressivement été mis à l'écart de l'Université de La Rochelle. C'est la victime qui a été punie, et non l'auteur des propos racistes, le professeur ayant subi de ce fait une double peine.

« Les faits relatés dans la presse semblent tout à fait incroyables, a indiqué Louis-Georges Tin, mais en réalité, les discriminations sont tout à fait banales dans l'université, milieu où les procédures de sélection, de promotion ou d'exclusion sont de toutes manières résolument opaques, comme tout le monde s'accorde à le reconnaître. Moi-même, en tant qu'universitaire, j'ai plusieurs fois été témoin ou victime de faits semblables, a ajouté le président du CRAN. »

Il est très difficile en France de poser la question du racisme dans l'université, car on touche, ce faisant, aux élites sociales. Or, selon un préjugé tenace, les élites seraient évidemment « éclairées », le racisme étant l'apanage du « bas peuple », des personnes « peu éduquées » et de « la France d'en bas ». Le CRAN tient à mettre en garde contre ce préjugé classiste, malheureusement très répandu.

En réalité, le racisme des élites et des institutions n'est pas moindre que celui du reste de la société. C'est pourquoi le CRAN demande que le ministère de l'enseignement supérieur rétablisse Alioune Gueye dans ses droits et sanctionne non seulement l'étudiant, mais également les personnes qui ont failli et se sont rendues coupables de discrimination raciale au sein de la faculté de droit.

Au-delà de ce cas emblématique, le CRAN demande en outre que Mme Fioraso mette en œuvre un grand plan en faveur de la diversité au sein de l'enseignement supérieur et de la recherche. Des propositions avaient été faites à la ministre en ce sens l'année dernière, et malheureusement, depuis lors, rien n'a été fait. Les élites universitaires françaises restent globalement monocolores, et quand ils sont originaires d'Afrique ou de l'Outre-mer, les esprits les plus brillants sont souvent obligés de partir vers les Etats-Unis, comme l'ont fait à des époques diverses des figures comme Edouard Glissant, Maryse Condé ou Alain Mabanckou. Professeurs reconnus dans les plus grandes universités américaines, jamais ils n'auraient pu être recrutés en France.

Outre le recrutement, il faudrait également traiter la question du curriculum. L'histoire coloniale reste marginale dans les universités, alors qu'elle concerne cinq cents ans d'histoire mondiale ! La littérature francophone demeure le parent pauvre des études littéraires alors que dans le monde entier, les départements de français sont désormais des départements de littérature française et francophone. « Il ne s'agit pas seulement de favoriser la diversité, il s'agit de favoriser l'intelligence, qui résulte nécessairement de la diversité des points de vue sur le monde, a expliqué le président du CRAN. Les universités américaines accueillaient plus de 20 % des étudiants étrangers recensés dans le monde en 2008. Les minorités ethniques représentaient 16 % des étudiants aux Etats-Unis en 1975, elles représentaient 35 % en 1995. Dans le même temps, comment la situation a-t-elle évolué en France ? Nous aimerions le savoir », a ajouté Louis-Georges Tin.

Bref, le CRAN demande à être reçu par Mme Fioraso pour que le cas d'Alioune Gueye et la question plus générale de la lutte contre le racisme soient traités comme il se doit dans l'université française.



<Retour Liste>

Cécile Kyenge >>
<< Les actions de groupe


Contactez-nous - Mentions Légales - Graphisme : arielgraphisme.com © LE CRAN - 2012/14